Patchwork

A Life of Plenty

Depuis le temps que je fais du patchwork, je devrais savoir que les ouvrages mystères ne sont pas faits pour moi… Mais le projet country proposé en 2015 par Jeni from the willow était trop tentant.

201601-a-life-of-plenty-WIP

Comme toujours, je commence avec enthousiasme les premiers blocs.

Des vols d’oies multicolores, des feuilles d’automne, un petit panier et un joli bouquet de tulipes.

Au fil des étapes, je suis moins convaincue – des couleurs un peu tristounettes peut-être? – et cet ouvrage reste oublié au fond d’une boite pendant quelques mois.

Comme j’ai horreur du gaspillage, j’essaie de trouver une utilisation aux blocs déjà cousus.

C’est ainsi que les blocs de vol d’oie deviennent une corbeille pour ranger les accessoires de mon robot pâtissier. À l’intérieur, un imprimé Red Rooster que j’adore…

Quatre petits blocs font juste la bonne taille pour devenir des petits dessous de verre molletonnés. Dans la tasse, ma boisson fétiche de l’hiver : une bouteille de cidre doux, un litre de jus de pomme, le zeste d’une orange, un bâton de cannelle, un clou de girofle, dix graines de cardamome, et une demi-heure à feu doux. Avec quelques biscuits maison pour accompagner.

Il reste encore plusieurs blocs, je décide d’en marier trois : le panier fleuri, la grange rouge et le pot de tulipes. Une fois encadrés par une bordure de cinq centimètres et matelassés, c’est le format idéal pour un coussin.

201601-a-life-of-plenty-coussin-4.jpg

Comme quoi, on peut toujours trouver une deuxième vie à des blocs orphelins !

Muriel

 

 

Punchneedle

Le sac Pioupious du P’tit Bûcheron

Les broderies sont terminées et les pioupious sont montés en broche sur de la feutrine rigide. Pour la face arrière, un peu de quilt-as-you-go. Depuis que mes chutes sont bien triées par couleurs, c’est beaucoup plus facile de les employer!

Une étiquette souvenir – tirée d’un tissu à vignettes d’Anni Downes – fait aussi office de poche intérieure.

Bref, me voici parée pour le salon Pour l’Amour du Fil.

Je serai présente sur le coin des blogueuses et des Simply Vintage Addicts le jeudi et le vendredi. Cet espace, c’est sans contestation la valeur ajoutée de ce salon: l’étape incontournable pour faire connaissance, papoter un moment, découvrir de nouvelles techniques… Alors n’hésitez pas à passer nous voir !

Bonne journée,

Muriel

Patchwork

Spring is in the air

Il y a plusieurs semaines, en attendant la sortie du dernier Simply Vintage, j’avais ressorti mes anciens numéros de printemps pour y glaner des idées. En parallèle, le tri de mon bac de chutes m’avait donné l’occasion de préparer un assortiment aux teintes pastel*.

20190401-spring-is-in-the-air-3

Ce coussin marie des carrés de deux inches – cinq centimètres, un peu d’appliqué retourné à l’aiguille, et quelques points de broderie. Cette création de Janine “House of Quilts” est disponible dans le Simply Vintage n°26.

Puisque j’étais dans le sac à chutes, j’en ai extrait de quoi réaliser un dos piécé. Sous la bande rose, une fermeture à glissière invisible.

20190401-spring-is-in-the-air-2

D’ailleurs c’est presque dommage que ces jolis tissus restent cachés. Je me demande si je ne devrais pas faire un coussin assorti avec d’autres restes.

Bonne journée

Muriel

 

*d’après le Robert de la Langue Française, le mot “pastel” est un nom masculin apposé comme adjectif. Selon le Larousse, on peut le considérer comme un adjectif invariable. Quoi qu’il en soit, ni féminin ni pluriel.

Patchwork

Flower Power de A à Z

21 janvier –  Comme l’an dernier et l’année précédente, je m’inscris avec plaisir au QuiltALong proposé par mes copines Béa et Cécile. Les fleurs, ça me parle: j’en veux pour preuve le titre du blog.

J’ai fait quelques essais pendant les vacances de Noël: un zinnia, une tulipe, des fleurettes non identifiées… Le plus dur avec cette thématique fleurie, ce n’est pas de faire seize blocs ; c’est de choisir quel projet adopter ! Finalement, comme il me reste de nombreux hexagones surnuméraires du KingFischer, je décide de les utiliser pour ce Quilt ALong. Presque toutes les fleurs sont déjà bâties, il n’y a plus qu’à ajouter les tiges et les feuilles.

20190121-flower-power

18 février –  Fleurs, tiges et feuilles assorties sont maintenant toutes bâties. Je les applique tranquillement dès que j’ai un petit moment…

Le tissu de fond, avec sa réglure Seyès, provient de chez Mondial T!ssus et ses lignes sont imprimées en gris. A priori, je destine cet ouvrage à mon bureau professionnel. J’aime bien avoir un joli quilt au mur quand je lève les yeux de mon travail.

28 mars –  Le compte est bon, les seize blocs sont cousus. J’avais même prévu d’en faire vingt, mais l’ouvrage aurait été un peu grand. De toute façon, je n’avais pas suffisamment de tissu quadrillé pour le fond.

28 mars –  Voici mes seize blocs assemblés. Avec le tissu de fond quadrillé, les raccords n’ont pas été une partie de plaisir; mais j’aime bien le rendu.

20190328-flower-power-top.JPG

Maintenant, place au quilting, et Flower Power sera terminé.

Muriel

Patchwork

Kingfisher, de A à Z

Mai 2018 –  Je découvre avec bonheur le projet conduit par Rachel Stitched in Color et Jodi de Tales of Cloth.

20180607-kingfischer-stitchalong-logo

Impossible de résister, ces fleurs multicolores  tombent juste à point pour l’été : l’english paper piecing c’est l’ouvrage nomade par excellence.

Juin 2018 –  Ah, la magie des réseaux sociaux…

Je poste une photo sur Instagram avec comme légende “À la recherche de chutes de couleurs vives pour un projet d’été” et quelques jours plus tard la boîte aux lettres regorge de merveilles venues des quatre coins de la France et de la Belgique.

Grâce aux envois généreux des copines, je dispose maintenant d’une gamme de tissus aussi variée que colorée. D’ailleurs, je constate que toutes les quilteuses n’ont pas la même appréciation d’une “chute de tissu”.

Dans mon esprit, une chute, c’est un morceau de quelques centimètres de côté dans lequel je peux couper un hexagone. Oui, il y a même des copines qui présentent les petits carrés comme des cadeaux… J’adore! Mais parfois, il y a des “chutes” si grandes que je peux faire six pétales identiques, que je mets de côté pour plus tard.

Pour unifier mes fleurs scrappy, je coupe tous les cœurs dans le même imprimé jaune pâle.

20180716-kingfisher-soleil

Juillet 2018 –  Un petit point technique : On me demande à quoi sert le petit trou au milieu de mes gabarits d’hexagones. Eh bien, ils ont plusieurs utilités…

20180621-kingfisher-quiltalong-6Avant de bâtir, ils me permettent de fixer le gabarit sur la pièce de tissu sans abîmer les épingles.

Ensuite, je recoupe les carrés pour égaliser approximativement les marges: ça limite les épaisseurs au moment du quilting.

Lorsque l’hexagone est bâti, je retire l’épingle, évidemment.

Dès que j’ai à ma disposition une bonne quantité d’hexagones prêts à être assemblés, Je les associe par six pour constituer des fleurs. Cette étape peut prendre un peu de temps avant que je sois satisfaite de mes associations. Mais c’est sans doute la partie la plus amusante de ce défi: faire cohabiter des tissus si disparates en un résultat harmonieux!

Avant de changer d’avis, j’empile les six hexagones sélectionnés et je les attache ensemble en les enfilant comme des perles – grâce au petit trou – sur une aiguillée de fil. Un double nœud pour bloquer, et voici un petit paquet prêt à être cousu.

20180621-kingfisher-quiltalong-7Enfin, lorsque les fleurs sont terminées, le petit trou trouve sa dernière utilité.

En y glissant la pointe des ciseaux ou une grosse aiguille à laine, on retire plus facilement les cartons sans les abîmer.

Vu le nombre de fleurs, les gabarits sont réutilisés plusieurs fois au cours de l’ouvrage!

Août 2018 –   Ciel bleu, parasol, nu-pieds et point compté : voilà à quoi devrait ressembler mon programme de vacances!

20180802-kingfisher

Avec aussi un peu de patchwork, évidemment… Mais je marque une pause avec le Kingfisher StitchALong. La prochaine étape consiste à appliquer les fleurs sur les losanges du fond. Ce travail se fera à la machine, ce sera plus solide. Mais c’est peu approprié à mes déplacements d’été.

Septembre 2018 –  pendant l’été, la meilleure amie de mademoiselle Verveine passe une nuit à la maison. Tandis qu’elle prend son petit déjeuner, elle est totalement fascinée par les hexagones du Kingfischer StitchALong sur lequel je travaille. Je lui promets de lui montrer la technique en détails lors d’une prochaine visite. En attendant elle passe une partie de la matinée à jouer avec les hexagones, à repérer les imprimés identiques, à classer les hexies par couleurs, et même à composer des fleurs…

201809-kingfisher-coasterBref, elle fait preuve d’un tel enthousiasme – elle n’a pas choisi l’option arts plastiques sans raisons – que je lui propose de choisir sa fleur préférée.

Je l’applique sur un fond neutre, avec un peu de molleton et quelques points de quilting, et elle est repart munie d’un mug-rug fleuri pour y poser sa tasse de chocolat!

 

Janvier 2019 –  Après avoir trouvé une disposition à mon goût, j’indexe tous mes blocs. Je peux maintenant appliquer mes fleurs sur les diamants. La photo n’est pas très fidèle, le tissu de fond est en fait un chambray couleur jean.

Février 2019 –  Quand une copine quilteuse me demande conseil pour son propre Kingfisher, ça me donne envie de  ressortir le mien de sa boîte. Et quand une autre copine montre son top terminé, ça me booste encore plus. Après une bonne séance de couture un samedi samedi soir, c’est le moment du pointage. Presque la moitié des fleurs sont appliquées. Merci les copines!

Juin 2019 –  la mise en sandwich se fait à plusieurs mains lors d’une quilting bee, et l’histoire n’est pas finie!

Muriel

 

 

Travaux d'aiguille

L’Arbre de Vie

Septembre 2017 – Pour célébrer anniversaire de son blog, ma copine  Laurence la Cousette a une belle idée en proposant à ses abonnées un ouvrage mystère, mais dont nous connaissons quand même le thème: l’Arbre de Vie.

Septembre 2017 – Première étape, constituer un fond de tissus neutres. Beige et écru, ce n’est pas ce qui manque dans mes tiroirs.

Octobre 2017 – Un arbre pousse sur notre toile de fond.

Appliquer les branches tortueuses n’est pas de tout repos. D’ailleurs, il a fallu quelques ajustements pour faire tenir l’ensemble de l’arbre  dans un morceau de tissu brun bien trop petit pour lui.  

Le défi, c’est d’utiliser le tissu de ma boîte à chutes, sans entamer mes gros quartiers. L’arbre tout entier est coupé dans un morceau de trente centimètres sur vingt-cinq.

Pour l’instant, cet arbre de vie est un peu hivernal,

Hum, je n’ai pas trouvé le filtre photo qui efface les plis quand à la flamme de repasser!

Novembre 2017 – Mon arbre commence à se couvrir de feuilles colorées. Juste au moment où ceux du jardin perdent leur parure – ironie du sort! 20171106-arbre-de-vie

Les ronds sont coupés dans les tissus qui sont tous différents, mais toujours dans un camaïeu de bleu-vert. Quand on ne connait pas la suite du mystère, c’est toujours plus difficile de choisir ses tissus.

Et en même temps, c’est très stimulant de sortir un peu de sa zone de confort. Si jamais j’ai finalement des envies plus colorées, rien ne m’interdit de superposer plus tard des cercles plus petits.

Mars 2018 –  Des petits rouges-gorges viennent se poser sur les branches.

Un nichoir a même été accroché pour les accueillir plus confortablement. Attention, le chat guette…

Mais il ne réussira pas à attraper les oiseaux: les branches sont hors de portée de patte !

Avril 2018 –  place au matelassage ! 20180430-arbre-de-vie-ensemble

Avant ça, j’ai ajouté des fleurs et cousu quelques boutons.

Pour matelasser, du fil à coudre Petit Quinquin coloris écru.

Au centre, les motifs sont simplement cernés, puis le fond clair est rempli de méandres tracés à main levée.

Sur la première bordure, un motif en amande. C’est un de mes tissus fétiches déjà vu dans nombre de mes ouvrages. Ensuite une bande d’un inch de large – deux centimètres et demi – composée de cent seize petits carrés tous différents. La dernière bordure est quiltée d’un motif de coquilles.

20180430-arbre-de-vie

J’ai pris beaucoup de plaisir à coudre cet ouvrage, en y faisant apparaître de petits morceaux de ma vie. Les petits carrés de tissu offerts par les copines ou les imprimés à messages, bien sûr… Mais aussi les initiales de la famille,

Paillette, la chatte des voisins qui croit que nous sommes sa famille d’accueil, ou encore le rouge-gorge qui vient réclamer des graines en hiver. Tiens, c’est l’heure du thé si j’en crois la pendule !

Merci mille fois à  Laurence  pour cette belle aventure!

Muriel

Patchwork

Mise en Abyme

Juillet 2015 –  Sur le départ. 201507-mise-en-abyme

Une partie de mon sac à chutes prend place dans la valise, avec quelques gabarits de bristol.

L’english paper piecing, c’est décidément ce qu’il y a de plus pratique comme ouvrage à emporter sur la plage !

Août 2015 –  Étoiles de mer

Les premières étoiles sont bleues, mais au fur et à mesure que les jours passent, on en voit bientôt de toutes les couleurs. Le beige clair, c’est le tissu de liaison pour assembler les étoiles.

Comme il est plus compliqué de bâtir un losange qu’un hexagone, j’expérimente pour la première fois le collage. J’étais sceptique avant d’essayer, mais je suis maintenant absolument convaincue.

201507-mise-en-abyme-6

En revanche, inutile de se ruiner pour de la colle spécifique, le petit pot Cléopâtre de notre enfance est imbattable : 100% produits naturels – de l’amidon de pomme de terre, made in France, 50 centimes le pot, qui dit mieux ? Sans compter sa délectable odeur d’amande…

Mars 2016 –  Mais au fait, une mise en abyme, qu’est-ce que c’est ?

La mise en abyme, c’est un procédé artistique qui consiste à représenter une œuvre dans une œuvre similaire, ou à incruster une image dans l’image elle-même.

Par exemple le célèbre tableau de Van Eyck, les époux Arnolfini, dans lequel  les deux personnages – ainsi que le peintre – sont reflétés dans le miroir sur le mur du fond.

201603-mis-en-abyme-3Autre exemple, cette célèbre vache rouge.

Elle porte des boucles d’oreilles sur lesquelles est dessinée une vache,

Qui elle-même porte des boucles d’oreilles sur lesquelles est dessinée une vache…

Bref, vous voyez le principe!

Je vous sens un peu perplexe… Mais quel est donc le lien avec le patchwork ? Parce qu’il y en a un, c’est promis !

Si on fabrique une étoile avec du tissu étoilé, c’est une première étape.

201509-mise-en-abyme

Mais il est possible d’aller plus loin…  

201603-mis-en-abyme-8

Côté couleurs et motifs, il y en a pour tous les goûts : des fruits et des fleurs, des écossais et des rayures, et bien sûr, plusieurs tissus étoilés.

201603-mis-en-abyme-7

Ce quilt n’est pas une création personnelle, mais l’interprétation d’un modèle paru dans le Magic Patch n°113. Le patron d’origine faisait un mètre de côté, mais comme j’ai agrandi le gabarit des losanges mon quilt fini mesure un mètre soixante-dix ; c’est plus confortable sur le canapé.

La grande étoile est appliquée à points glissés, puis le tissu de fond est évidé par derrière, pour que les motifs ne se voient pas en transparence sur le tissu écru. Cette chute géante, coupée en bandes, a été employée pour le biais de finition.

201603-mis-en-abyme-6

Le matelassage est un motif très classique de coquilles ou clam shells. Il présente un double avantage : recouvrir rapidement toute la surface, et stabiliser les fragiles coutures des losanges.

201603-mis-en-abyme-4

Une dernière photo de l’ouvrage plié, pour profiter du tissu du dos!

signature 1